Publié le 2 octobre 2020

A propos de Souccot : le saviez-vous ?

 Le rituel de l’Ouchpizine : l’hospitalité et le lien historique

La fête de Souccot marque la moisson, l’engrangement des récoltes et appelle au partage de cette réjouissance en accueillant des invités ou des étrangers. Le rituel de l’Ouchpizine vient donner encore plus d’impact à la mitsvah de l’hospitalité.
Cela consiste : à inviter dans la soucca, en tant qu’invité d’honneur, un héros biblique différent pendant les 7 jours de la fête. Ces invités sont Abraham, Isaac, Jacob, Joseph, Moïse, Aaron et David.
La signification de ce rituel : pour certains, c’est l’occasion de se pencher sur leur rôle dans l’histoire de notre peuple et leur apport dans ce qui a constitué notre identité spirituelle. Du point de vue des kabbalistes, le fait que les âmes de ces illustres invités descendent littéralement dans la soucca et se rapprochent de leurs descendants permet de réaffirmer le lien entre le passé et le futur.

• L’étrog ou le cédrat : le « prince des fruits »

Ce fruit mérite bien son « titre » en raison des soins qu’il exige pour sa culture parce que le cédratier est un arbre fragile. Il a besoin de beaucoup plus d’eau que les autres agrumes et demande un entretien constant pour le protéger des insectes et autres maladies, au point de devoir attacher ses fruits un par un quand ils sont sur l’arbre. De plus, sur ses 7 ans de vie, le cédratier n’est exploitable que durant 3 années consécutives. En effet, il faut tenir compte que les fruits produits pendant les 3 premières années de plantation de l’arbre (la période de « Orla ») ne sont pas casher et d’1 an de jachère.

• L’origine des espèces de Souccot

Des archéologues ont retrouvé les premières traces méditerranéennes de 3 des 4 espèces de Souccot.
Etrog : la trace la plus ancienne de citron en Méditerranée a été trouvée à Jérusalem, dans le jardin privé d’un palais perse datant d’environ l’an -686, aujourd’hui le Kibbutz Ramat Rachel
Hadass et Arava : les premières traces de branches de myrte et de saule ont également été retrouvées dans ce jardin de Jérusalem.
Quant au Loulav, la branche de palmier : peut-être en trouverons-nous les traces l’an prochain à Jérusalem ?

Une recette sur la variation du citron pour les festivités de Souccot

Semoule au citron confit

Ingrédients pour 6 personnes

300 g de semoule de mhamsa  – 1 oignon – 2 tomates fraîches – 1 poivron -1 citron confit – 1 concombre 1 c. à s. de câpres au sel sec – 2 c. à s. d’huile d’olive extravierge – 1 c. à c. de menthe sèche moulue – 1 c. à c. de vinaigre

Préparation

Versez la semoule de mhamsa dans de l’eau bouillante. Laissez cuire à feu fort en remuant très peu et délicatement. 6 à 7 minutes de cuisson pour des graines de mhamsa al dente.
 
Coupez le feu et égouttez la mhamsa. Ajoutez rapidement l’huile d’olive et mélangez très délicatement. Laissez refroidir en mélangeant de temps en temps, toujours très délicatement.
 
Quand la mhamsa est bien froide, ajoutez-y les tomates, l’oignon, le poivron, le citron confit et le concombre coupés en petits morceaux, terminez par les câpres au sel, la menthe sèche et le vinaigre. Mélangez le tout.

BON APPÉTIT ET HAG SAMEAH !

Accueil