Jeux paralympiques de Tokyo

Publié le 30 août 2021

… du fondateur aux médailles d’or israéliennes

Le paralympien australien Tony South reçoit sa médaille d’or pour l’épreuve masculine « Albion Round open » aux Jeux paralympiques de 1968 à Tel Aviv des mains du fondateur du mouvement paralympique, Ludwig Guttmann. South a obtenu un record mondial de 800 points pour remporter la médaille d’or.

Les Jeux Paralympiques : une histoire juive *

C’est l’histoire du Dr. Ludwig Guttmann, un médecin juif qui a échappé aux nazis et fondé les Jeux paralympiques.

Le Dr. Ludwig Guttmann a joué un rôle fondamental dans l’introduction du sport comme moyen de réadaptation des patients paraplégiques et de renforcement de leur estime de soi.

Le parcours du Dr. Guttmann

  • Il est né le 3 juillet 1899 à Tost, en Allemagne (aujourd’hui Toszek, en Pologne), dans une famille juive allemande. En 1917, bénévole dans un hôpital, il est marqué par la mort d’un jeune mineur atteint de paraplégie suite à une blessure à la colonne vertébrale. À l’époque, la paraplégie valait condamnation à mort.

Il obtient son diplôme de médecin à Fribourg en 1924. Il devient membre actif d’une fraternité juive qui tente d’arrêter la propagation de l’antisémitisme dans les universités. La fraternité finit par devenir un centre d’activité physique et de remise en forme, afin que « personne n’ait à avoir honte d’être juif ».

  • Dans les années 1930, Guttmann exerce comme neurochirurgien à Breslau (aujourd’hui Wrocław, en Pologne), comme professeur d’université et comme assistant du Dr. Otfrid Foerster, un pionnier de la neurochirurgie. L’ascension du Dr. Guttmann, promis à devenir le plus grand neurologue allemand, s’arrête avec l’adoption des lois de Nuremberg par les nazis en 1933. L’exercice de la médecine étant désormais interdite aux Juifs, Guttmann perd son poste à l’université et dans son hôpital et de plus déchu de son titre de médecin. Le voilà affecté à l’hôpital juif de Breslau.
  • Peu de temps après, c’est la dramatique Nuit de cristal.

Il se souvient : « Le 9 novembre, j’ai pris ma voiture et je suis allé à la synagogue. Et là, tout était en train de brûler, des centaines de personnes autour, et de SS jouant au football avec des livres de prière. Je me tenais là et je me suis rendu compte que mes larmes coulaient. Mais je suis devenu tout à fait déterminé à aider les personnes persécutées. »

Ce soir-là, 64 personnes sont venues à l’hôpital juif pour échapper au pogrom et à la Gestapo. Guttmann les a toutes admises. Le lendemain matin, trois officiers SS débarquent à l’hôpital et le convoque. ‘’ J’ai discuté de chaque cas, et bien sûr, j’ai inventé toutes les pathologies. Sur les 64 personnes, j’en ai sauvé 60. »

Malgré tout son courage, Guttmann et sa famille sont en danger en Allemagne. En 1939, les possibilités de fuir se réduisent rapidement, mais Guttmann bénéficie d’une opportunité rare : les nazis rétablissent son passeport et lui ordonnent de se rendre au Portugal pour soigner un ami du dictateur portugais.  Guttmann s’y rend, avec sa famille avec un retour en Allemagne prévu via l’Angleterre. Le Council for Assisting Refugee Academics anticipe son arrivée et prend des dispositions pour que Guttmann et sa famille puissent séjourner au Royaume-Uni. Le 14 mars 1939, la famille arrive à Oxford, et en 1945, Guttmann est naturalisé citoyen du Royaume-Uni.

  • En Angleterre, le Dr Guttmann poursuit ses recherches sur les lésions de la colonne vertébrale à l’Infirmerie Radcliffe, puis crée et dirige le Centre des lésions de la colonne vertébrale à l’Hôpital de Stoke Mandeville. Ce centre est révolutionnaire parce que c’est la première unité spécialisée dans les lésions de la colonne vertébrale au Royaume-Uni, parce que Guttmann y fait œuvre de pionnier en matière de traitement et de rééducation des patients tétraplégiques et paraplégiques. À l’époque, le taux de mortalité des patients paralysés était encore incroyablement élevé à cause des infections causées par les escarres.

Guttmann a une solution à ce problème : tourner les patients sur le côté toutes les 2 heures.

Il a ensuite élaboré des programmes de réadaptation qui permettraient aux patients paraplégiques de renforcer leur estime de soi. Et il a alors une idée qui innovante et déterminante  

« Il m’est venu à l’esprit que cela aurait été une grave omission de ne pas inclure le sport dans la rééducation des personnes handicapées. « C’était probablement l’une des meilleures idées que j’ai eues en tant que médecin ».

Naissance et essor des Jeux Paralympiques

  • C’est le jour de l’ouverture des Jeux Olympiques d’été de Londres, le 29 juillet 1948, que les premiers Jeux de Stoke Mandeville débutent et réunissent des vétérans de guerre handicapés, tous en fauteuil roulant. Une seule épreuve au programme :  le tir à l’arc.

L’événement aura eu lieu chaque année.

En 1952, une équipe de militaires néerlandais paraplégiques se déplace en Angleterre pour participer aux premiers Jeux internationaux de Stoke Mandeville.

C’est en 1960, à Rome, que les Jeux internationaux de Stoke Mandeville se déroulent se parallèlement aux J.O. 400 athlètes, représentant 23 pays, souffrant de divers handicaps, y participent.

Les premiers Jeux paralympiques sont nés ! (Le terme « paralympiques » fait référence au fait qu’ils sont parallèles aux J.O. et a été reconnu rétroactivement par le Comité international olympique en 1984).

  • Après 1960, les Jeux paralympiques ont eu lieu tous les quatre ans.
  • Les premiers Jeux d’hiver ont eu lieu en 1976.
  • En 1968, la ville de Mexico renonce à accueillir les Jeux paralympiques. Déterminé, Guttmann accepte l’invitation du gouvernement israélien à les organiser à Ramat Gan, près de Tel Aviv. Le 4 novembre 1968, près de 10.000 personnes assistent aux cérémonies d’ouverture dans le stade de l’université hébraïque de Jérusalem.

En 1980, Moscou refuse d’organiser les Jeux Paralympiques aux côtés des J.O. Interrogé sur la raison de ce refus, un responsable soviétique déclarait à un journaliste qu’en Union Soviétique, il n’y avait aucun handicapé !  C’est à Arnhem, aux Pays-Bas, qu’ils ont dès lors eu lieu.

  • Il a fallu attendre les Jeux d’été de 1988 à Séoul et les Jeux d’hiver de 1992 à Albertville, en France, pour que les Jeux Paralympiques et les J.O. se déroulent dans les mêmes villes et sur les mêmes sites.

Les autres engagements du Dr. Ludwig Guttmann

Ludwig Guttmann a fondé :

– la Société médicale internationale de paraplégie (aujourd’hui la Société internationale de la moelle épinière), dont il a été le président jusqu’en 1970,

– l’Association sportive britannique pour les handicapés (aujourd’hui la Fédération anglaise du sport pour handicapés).

Il a également été un membre de l’Association pour les réfugiés juifs.

Pour tout ce qu’il a accompli dans le domaine de la neurologie et pour la communauté des handicapés, le Dr. Ludwig Guttmann a été nommé commandeur de l’Ordre de l’Empire britannique et fait Chevalier par la reine Elizabeth II en 1966.

Il est décédé le 18 mars 1980, mais son héritage perdure.

Son travail a contribué à contrer l’eugénisme nazi qui a tenté d’éradiquer les communautés tant juives qu’handicapées.

* Extraits de The Time of Israel, par Evelyn Frick

Jeux paralympiques Tokyo 2020

Israël a remporté deux médailles d’or de natation !

Deux immenses champions du courage et de la volonté et deux symboles de la coexistence et de la fraternité dans le combat victorieux contre l’infirmité : Iyad Shalabi, citoyen arabe israélien de Shefaram en Galilée, vainqueur du 100 mètres dos et Mark Malyar, de Haïfa, qui a remporté le 200 mètres quatre nages en battant le record du monde.

Crédit photo Keren Isaacson•Comité paralympique israélien

Accueil